Skip to content

Gnome sur Manjaro Linux

manjarobanner

Dans cet article je vais vous présenter la distribution que j’utilise tous les jours, au travail et à la maison : Manjaro Linux. Je vais ensuite vous montrer les modifications que j’effectue sur Gnome afin d’avoir un environnement de travail convivial, productif et pratique.

Manjaro, pour vous situer un peu, c’est globalement toute la puissance d’Archlinux avec la simplicité d’Ubuntu (graphiquement parlant). Nous allons voir dans ce tutoriel comment installer Manjaro avec l’environnement de bureau Gnome. Nous verrons ensuite comment le rendre plus sympathique à utiliser avec notamment une notion de Tilling (navigation au clavier). Nous ajouterons des outils pratiques tels que Yaourt, le dépôt Archlinux-fr, un shell efficace avec Prezto et plein d’autres choses.

I – Installation de Manjaro

L’avantage chez Manjaro c’est que comparé à Arch, l’installation c’est une partie de plaisir (même si la doc Arch est très bien faite). La version Gnome est une version communautaire mais disponible sur le site officiel, on va donc y récupérer l’image ISO  :

wget http://netcologne.dl.sourceforge.net/project/manjarolinux/community/Gnome/2016.01/manjaro-gnome-15.12-x86_64.iso

On peut maintenant écrire l’image sur une clé USB pour réaliser notre installation (/dev/sdc dans mon cas). Vérifiez bien que c’est le bon disque avec la commande fdisk -l.

umount /dev/sdc
dd if=manjaro-gnome-15.12-x86_64.iso of=/dev/sdc bs=1M
sync

Une fois la copie terminée, vous avez enfin votre clé bootable de Manjaro !

Bootez donc votre PC depuis la clé USB (une modification peut être nécessaire dans le BIOS, cf Google). Vous devriez vous retrouver sur un bureau Gnome relativement épuré :

manjaro-gnome-0.8.13.1

C’est le moment de tester si tout fonctionne pendant que vous êtes encore en LiveUSB (Wifi, luminosité, Bluetooth …). Si vous êtes décidé, vous pouvez donc lancer l’installeur présent dans le menu de Gnome (touche Win).

manjaro_20140128_thus-01

Si vous avez déjà installé une distribution Linux, l’installation ne devrait pas vous poser de problèmes, n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez un souci. Choisissez les paramètres de langues, la configuration de la machine, des disques… L’installation devrait se terminer rapidement. Vous pouvez ensuite redémarrer et vous logguez dans votre environnement Gnome.

II – Premier démarrage

Vous arrivez donc sur votre bureau, qui de base, n’est pas très intuitif. On va donc remédier à ça. Tout d’abord, on va ouvrir un terminal et mettre à jour notre système :

sudo su
pacman -Syyu

Effectuez donc les mis à jour afin d’avoir un système avec les dernières versions des paquets, je vous suggère même un reboot après cela.

On va maintenant ajouter le dépôt communautaire d’Archlinux-FR et installer quelques paquets utiles :

vim /etc/pacman.conf
# On ajoute cela au fichier :
[archlinuxfr]
SigLevel = Never
Server = http://repo.archlinux.fr/$arch
# On met à jour les dépôts :
pacman -Sy
# On installe plein de trucs utiles :
pacman -S git python python-pip curl yaourt zsh openssh vim gnome-tweak-tool

Vous pouvez maintenant aller faire un petit tour dans l’application « Paramètres » qui permet de gérer tout votre système (ou presque). Vous pourrez y modifier le mappage du clavier, la langue, les paramètres réseaux, les écrans …

gnome_parameters

Vous pouvez ensuite vous rendre sur l’application Manjaro Settings qui permet d’installer des drivers graphiques propriétaires, de nouveaux kernels et d’avoir une interface graphique pour mettre à jour vos paquets (l’équivalent de pacman -Syyu).

manjaro_tools

III – Un terminal puissant

Maintenant que notre système est installé et configuré, on va pouvoir se focaliser un peu sur notre outil favori, le terminal. Je vous conseille d’utiliser sois le Terminal de base (gnome-terminal) sois l’excellent Terminator et de le modifier afin d’avoir une légère transparence (c’est toujours sympa).

Notre première étape sera de virer Bash pour le remplacer par Zsh et son framework Prezto (bien plus cool) :

zsh
git clone --recursive https://github.com/sorin-ionescu/prezto.git "${ZDOTDIR:-$HOME}/.zprezto"
setopt EXTENDED_GLOB
for rcfile in "${ZDOTDIR:-$HOME}"/.zprezto/runcoms/^README.md(.N); do
  ln -s "$rcfile" "${ZDOTDIR:-$HOME}/.${rcfile:t}"
done
chsh -s /bin/zsh
source .zshrc

Vous devriez donc avoir un shell qui ressemble à ça :

preztoshell

Prezto intègre plusieurs thèmes, voici comment les tester et les appliquer :

prompt -l # liste les thèmes
prompt theme-name # applique pour essayer
vim .zshrc # On applique un thème définitivement en ajoutant :
prompt theme-name

On va également installer un petit paquet sympa Archey3 qui permet d’afficher quelques infos sympas et un beau logo dans notre shell :

pip install archey3

On édite le fichier .zshrc afin qu’il soit présent à chaque ouverture de terminal (et au lancement de la commande clear) :

alias clear="clear ; archey3"
... 
# End of file
clear

et voilà un terminal bien plus sympa à utiliser :

archey_shell

On va maintenant s’occuper de Vim, de base il est déjà pas mal, seulement un peu sobre.

Vim-editor_logo

On commence par installer un thème, voici 5 thèmes Vim pour frimer devant les filles. Dans mon exemple, j’utilise ‘vitamins’.

On récupère le fichier et le place dans /etc/vim/colors, il doit être bien nommé, par exemple vitamins.vim. On édite ensuite le fichier
/etc/vimrc pour ajouter ceci :

set t_Co=256
set background=dark
syntax on
set nocompatible
set paste
filetype plugin indent on
set cursorline
set directory=/tmp
set nu
colorscheme vitamins

On va ensuite installer Powerline, un plugin bien sympa pour Vim :

pip install --user git+git://github.com/Lokaltog/powerline
# On ajoute ceci au fichier /home/user/.profile (à la fin) :
if [ -d "$HOME/.local/bin" ]; then
    PATH="$HOME/.local/bin:$PATH"
fi

On installe ensuite les Powerline-Fonts :

git clone https://github.com/powerline/fonts.git
cd fonts
./install.sh

On peut finalement ajouter ceci à notre fichier /etc/vimrc :

set rtp+=/home/user/.local/lib/python3.5/site-packages/powerline/bindings/vim/
set laststatus=2

et voilà ce que ça donne :

vimpowerline
Maintenant que l’on a un éditeur de texte digne de ce nom, je vais vous présenter Yaourt, votre nouveau gestionnaire de paquets.
arch-linux-yaourt-1024x512
Yaourt
est une surcouche au gestionnaire de paquets Pacman et de l’outils makepkg qui vous permet de gérer efficacement vos applications.

Voici par exemple comment on recherche un paquet :

Sélection_001

Dans le cas de Google-chrome, seul des paquets communautaires sont disponibles (AUR), il faut être prudent car ils ne sont pas forcément tous vérifiés par les utilisateurs d’Archlinux.
Si vous souhaitez installer la version stable de Google-chrome, on lance :

yaourt -S aur/google-chrome

Yaourt s’utilise en utilisateur (non-root), il vous demandera votre password au moment voulu (question de sécurité).

Pour mettre à jour l’ensemble de vos paquets ainsi que rafraîchir les dépôts, on utilise cette commande :

yaourt -Syyu

Pour supprimer et purger un paquet, on lance la commande suivante :

yaourt -Rns aur/google-chrome

Pas trop dur hein ?

IV – Un Bureau efficient

Maintenant que notre terminal est prêt pour la guerre, on va s’occuper de notre bureau, le rendre un peu plus efficace à l’utilisation.
Pour cela, on a précédemment installé Gnome Tweak Tool qui va permettre de personnaliser un peu notre desktop grâce à notamment des extensions présentes sur le site de Gnome Extensions.

Déjà on va commencer par configurer un Dock d’applications, on pourrait très bien utiliser une application externe comme Cairo-dock mais Gnome permet cela grâce à Dash to Dock :

dash-to-dock

Vous pourrez donc modifier plein de paramètres tel que la position du dock, son opacité et ses actions. Vous pourrez également le placer comme vous le souhaitez sur votre écran.

Si vous utilisez Linux depuis un peu de temps, vous devriez connaître les espaces de travail ou bureaux virtuels. Ils permettent d’avoir plusieurs bureaux afin de répartir ses applications entre eux.  Vous pouvez switcher entre les écrans avec les touches CTRL+ALT – Flèches [Haut/Bas]. Personnellement j’en utilise 3 verticalement, un pour les terminaux, l’autre pour Web / Mail et le dernier pour les feeds RSS, Twitter, Spotify…

workspaces

On va maintenant ajouter quelques extensions à Gnome histoire d’améliorer notre desktop :

  • Removable Drive Menu, qui permet de gérer ses périphériques externes facilement,
  • OpenWeather, qui permet d’avoir une météo discrète dans la barre supérieure qui se met automatiquement à jours,
  • Workspace-Indicatior, qui permet d’afficher sur quel bureau virtuel on se trouve,
  • No Topleft Hot Corner, qui désactive l’affichage du menu gnome en amenant la souris dans le coin. Il suffit d’appuyer sur la touche Windows pour l’avoir de nouveau.
  • Proxy Switcher, un icône dans la barre supérieure permettant de switcher de proxy facilement.

Pour en trouver plus, rendez-vous sur le Market d’extensions de Gnome.

Dernière étape, installer des thèmes sympas !
Pour cela, deux endroits importants, DevianArt et Gnome-Look. Vous y trouverez des thèmes d’icônes, GTK (fenêtres) et Gnome-Shell (environnement Gnome).

Pour ma part, je vous recommande Arc Theme, un des mieux travaillé selon moi :

see-through-theme

Voilà c’est fini pour cet article, j’espère qu’il vous donnera au moins envie d’essayer Manjaro, voir même de l’installer. Pour ma part, c’est la distribution que je recommande à tous ceux qui connaissent Linux et qui veulent une distribution efficace et simple à installer. Il faut cependant ne pas avoir peur de se salir les mains dans un terminal de temps en temps. N’hésitez pas à me poser des questions si quelque chose n’est pas clair, il se peut également que j’ai fait des petites erreurs car je ne suis pas encore un pro d’Archlinux mais, j’espère le devenir.

Voici donc pour finir, mon Desktop sur Manjaro Linux :

screenshot-manjaro1

Published inArchlinuxCLI ToolsDistribGitLinuxTutoriel

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Proudly hosted with Open-sources Softwares.